https://tacite.be

Tacite, l'Allié des Artistes Blog

Visitez Tacite
Photo de Julie Leloup

Administrateur chez Tacite, l'Allié des Artistes

Trucs et astuces pour bien organiser sa setlist 🎶

Tout d’abord, une setlist qu’est-ce que c’est ? C’est l’ordre chronologique des morceaux que vous allez jouer durant votre concert. Bien pensée, elle permet d’éviter les blancs et les moments embarrassants sur scène (“bon on leur joue quoi les gars ?”). C’est la clé pour pouvoir gérer votre set.

Avant de rédiger THE setlist

Avant de préparer votre setlist, vous devez impérativement connaître la durée de votre présence sur scène afin d’avoir le nombre adéquat de morceaux à jouer.

Une bonne façon d’organiser sa setlist est de travailler visuellement (par exemple travailler avec des post-its en attribuant une couleur à un style de chanson).

Vous avez trop de morceaux ? Supprimez-en, vous les jouerez au prochain concert. Vous en avez trop peu ? Préparez quelques reprises.

Attention : prendre de longues pauses entre les morceaux est déconseillé : vous risquez de perdre votre public en route.


Faire THE setlist

Vous pouvez désormais faire ressortir le Gutenberg qui est en vous et commencer l’impression de vos chansons sur un support physique. Privilégiez les grands caractères et les polices grasses foncées sur fond clair en prenant en compte que, sur scène, les éclairages et la lumière varient constamment. Ne plastifiez surtout pas : les reflets pourraient gêner la lisibilité.


Une intro ?

On sait tous que la première impression est la plus importante, c’est pourquoi l’introduction est vivement recommandée pour capter l’attention du public. Une fois tous les regards (et pavillons auditifs) braqués sur vous, vous pourrez commencer !


L’ordre et le rythme des morceaux sont très important

C’est ce qui va donner du dynamisme à votre concert. Vous pourrez ainsi emmener votre public avec vous à travers tous vos morceaux.

A vous de déterminer si vous désirez réveiller votre public en douceur, ou l’endormir lentement. Pensez également à inclure des surprises dans votre show, cela permettra au public de se rappeler de vous et d’attendre le prochain morceau avec impatience.


Commencer et finir en beauté

Aznavour disait: « Soigne ton entrée, soigne ta sortie, et entre les deux fais ton travail. »

Un des membres des Anonymes témoigne de conseils donnés par Kaer, coach scénique et membre de Starflam : « Ce dont le public se souvient c’est le début et la fin du concert. Il faut commencer avec 4 titres hyper efficaces dont l’un est ancien pour jouer sur la nostalgie et tout exploser au début, que le public se dise “Ceux-là ils sont pas là pour rire”. Puis terminer le set en crescendo à la fin avec 4 titres qui monteront en puissance jusqu’à l’apothéose avec le titre phare. »


Et entre les morceaux phares alors ?

C’est là qu’on voit le talent d’un artiste. Au milieu du set, le public perdra en attention et ira chercher des bières. C’est donc ce moment qui sera privilégié pour un solo. Profiter du milieu de la setlist afin de montrer votre talent, en passant d’un titre à l’autre comme dans un ascenseur émotionnel.


Des transitions ? Comment, pourquoi ?

Il est déconseillé de passer d’une chanson à l’autre machinalement en faisant de longues pauses entre, laissant le public s’occuper de l’ambiance en parlant du match d’hier.

Si chaque chanson commence et finit de la même façon, une certaine redondance s’installera au fil du concert. Pour éviter cela, travaillez des transitions. Vous aurez l’air plus “pro” avec un set dynamique plein de surprises et de jonglages entre les chansons.

Par exemple:

- Terminez une chanson en faisant taper des mains en rythme sans vous arrĂŞter et entamez la chanson suivante ;

- Travaillez des medleys. Passez d’une chanson à l’autre comme si elles ne faisaient qu’un seul et même titre.

Pour y arriver il faudra que votre groupe soit parfaitement synchronisé, ce qui se travaille. De bonnes transitions peuvent vous démarquer.


Consistance

Avoir confiance en soi c’est sexy, mais pour cela il faut être sûr de ce que l’on fait. Pour anticiper les réactions de n’importe quel public, travaillez une setlist que vous connaîtrez sur le bout des médiators et que vous pourrez utiliser d’une performance à l’autre. Quand vous n’aurez plus à réfléchir sur ce que vous devez jouer, c’est là que vous commencerez à vous amuser.

Peut-être que l’attrait de votre projet ce sont les improvisations de 15 minutes et une nouvelle setlist toutes les semaines, mais gardez en tête qu’avoir la même setlist permet d’être sûr de ce que l’on fait, du timing, de l’efficacité.

Il est préférable de laisser part à l’improvisation dans un moment prévu à cet effet, dans un environnement contrôlé, plutôt que de tout improviser en risquant d’osciller entre shows grandioses et pas terribles.